Archives mensuelles : juin 2015

Pakistan: au moins 45 morts dans un attentat dans un quartier chiite de Karachi

Des secouristes évacuent une victime de l’attentat à la voiture piégée de Karachi, le 3 mars 2013(©AFP)
Un attentat à la voiture piégée à l’entrée d’un quartier chiite de la métropole économique pakistanaise Karachi a fait au moins 45 morts et 150 blessés dimanche soir, à moins de deux semaines de l’annonce d’élections nationales dans ce pays.

Cet attentat est le plus meurtrier en plus de trois ans à Karachi, poumon économique du Pakistan déjà miné par une guerre des gangs sans merci et une vague d’assassinats sur fond de rivalités politiques, ethniques et économiques complexes.
L’explosion de dimanche soir a eu lieu près de l’entrée du quartier d’Abbas Town peuplé par la minorité musulmane chiite, selon des sources policières, qui ont précisé que des sunnites avaient aussi été tués et que la cible exacte de l’attentat demeurait encore inconnue.
« Au moins 45 personnes ont été tuées et 150 autres blessées. Le bilan pourrait encore s’alourdir car environ la moitié des blessés sont dans un état grave », a dit à l’AFP Hashim Raza Zaidi, plus haut fonctionnaire de cette ville de 18 millions d’habitants, révisant à la hausse un précédent bilan faisant état d’une trentaine de morts.
Un peu plus tôt, un haut responsable policier a fait état d’au moins 30 personnes tuées, dont trois policiers et des femmes, tout en précisant que le bilan pourrait s’alourdir car de nombreux blessés sont dans un état critique.
« J’étais dans mon appartement situé au troisième étage d’un immeuble. Soudain j’ai entendu une forte explosion. Je pensais que l’immeuble allait s’effondrer, c’était comme un tremblement de terre », a dit à l’AFP Ijaz Ali, 37 ans, un chiite blessé à la tête et à la poitrine rencontré dans un hôpital local avec ses deux fils de 10 et 12 ans aussi blessés.
« Les vitres de mon appartement ont été soufflées, quelque chose m’a atteint à la tête et j’ai perdu conscience. J’ai repris mes esprits à l’hôpital et suis soulagé de voir que ma famille a survécu », a-t-il ajouté.
Une seconde explosion a suivi la première déflagration, mais « la nature » de ce second incident était inconnue dimanche soir par les autorités qui cherchaient aussi à savoir si la bombe cachée dans le véhicule avait été activée à distance, par une minuterie ou par un kamikaze.
Violences anti-chiites et élections
Le Pakistan est endeuillé depuis le début de l’année par les deux attentats anti-chiites les plus meurtriers de son histoire ayant fait près de 200 morts à Quetta, la capitale de la province voisine du Baloutchistan (sud-ouest).
Ces attentats avaient été revendiqués par le Lashkar-e-Jhangvi (LeJ), un groupe armé sunnite proche d’Al-Qaïda qui multiplie les attaques contre les chiites depuis sa formation au milieu des années 90.
L’attentat de Karachi intervient à moins de deux semaines de la dissolution, le 16 mars au plus tard selon la constitution, de l’Assemblée nationale pour des élections générales attendues à la mi-mai dans ce pays musulman de 180 millions d’habitants, dont 20% de chiites.
Ces élections devraient être les premières dans l’histoire du Pakistan moderne à avoir lieu après qu’un gouvernement civil fut allé jusqu’au bout de mandat de cinq ans, d’où leur importance pour la consolidation de la démocratie dans ce pays musulman qui a vu trois gouvernements civils être renversés à la suite de coups d’Etat depuis sa création en 1947.
Le Premier ministre pakistanais Raja Pervez Ashraf a demandé à la police de diligenter sur le champ une enquête complète sur ce nouvel incident, selon un communiqué.

Israël: accord pour la formation d’un gouvernement

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (C) en conseil des ministres à Jérusalem le 10 mars 2013(©Pool/AFP/Archives)
Un accord a été conclu mercredi entre le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, et notamment son partenaire laïque Yaïr Lapid pour la formation du prochain gouvernement, ont indiqué plusieurs médias.

Aux termes de cet accord, le ministère de l’Education, qui constituait la principale pomme de discorde, va être attribué à Yesh Atid, le parti de Yaïr Lapid qui sera ministre des Finances, ont ajouté plusieurs chaînes de télévision et de radio.
Le parti de Yaïr Lapid a été le grand vainqueur des élections du 22 janvier avec 19 élus sur 120.
Le ministère de l’Intérieur, également disputé, sera en revanche accordé au Likoud, le parti de Benjamin Netanyahu, a précisé la radio militaire.
La formulation finale de l’accord et du programme de gouvernement devrait s’achever mercredi soir lors d’une rencontre entre MM. Netanyahu, Yaïr Lapid, et Naftali Bennett, chef de file du Foyer juif.
Le Foyer juif est un parti nationaliste religieux qui a lui aussi réalisé une percée (12 députés) et qui fera partie du prochain gouvernement.
La signature officielle de l’accord devrait avoir lieu jeudi, selon la radio publique. Puis M. Netanyahu se rendra chez le président Shimon Peres pour lui annoncer qu’il est parvenu à mobiliser une majorité en vue d’un gouvernement.
Le vote d’investiture, qui ne peut avoir lieu le vendredi, le samedi ou dimanche car le Parlement ne peut se réunir ces jours fériés musulman, juif et chrétien, devrait avoir lieu lundi, soit deux jours avant la visite du président Barack Obama en Israël et dans les Territoires palestiniens.
A l’issue d’une première période de quatre semaines, M. Netanyahu était pressé par le temps. Il avait obtenu un deuxième et dernier délai du président Peres afin de présenter son nouveau gouvernement avant le 16 mars, faute de quoi le chef de l’Etat aurait dû désigner un autre candidat pour tenter de constituer une majorité.

Rigueur annoncée: Obama appelle les gouverneurs à raisonner le Congrès

Barack Obama, le 25 février 2013 à la Maison Blanche à Washington(©AFP)
Le président Barack Obama a appelé lundi les gouverneurs américains à faire pression sur le Congrès pour éviter la cure d’austérité qui prendra automatiquement effet vendredi sauf accord de dernière minute entre démocrates et républicains.

Ces coupes généralisées dans les dépenses, dues à des accords précédents entre partisans et adversaires du dirigeant américain, « ralentiront notre économie et feront disparaître des emplois bien payés », a prévenu M. Obama face aux gouverneurs des 50 Etats fédérés, rassemblés à la Maison Blanche.
La veille, la présidence avait dévoilé les conséquences, Etat par Etat, de cette brusque austérité: coupes dans les prestations sociales, fonctionnaires placés en congés sans solde, arrêt des commandes aux sous-traitants…
Le département de la Défense devra réduire ses dépenses de 8% par rapport à son budget initial pour l’exercice fiscal 2012-2013, et le reste du budget subira une baisse d’environ 5%.
M. Obama demande aux républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, d’empêcher ces coupes en parvenant à un accord budgétaire comprenant une hausse des impôts pour les plus riches et l’élimination de niches fiscales.
« Nous ne pouvons pas effectuer des coupes en espérant parvenir à la prospérité », a martelé M. Obama face aux gouverneurs, démocrates et républicains.
« Donc tant que vous êtes (à Washington), j’espère que vous parlerez avec les élus de vos Etats au Congrès, pour leur rappeler clairement les enjeux (…) parce que ces coupes ne sont pas inéluctables. Le Congrès peut les empêcher avec juste un petit peu de compromis », a-t-il avancé.
La Maison Blanche poursuivait ainsi son opération de relations publiques destinée à faire pression sur le Congrès. Vendredi, le secrétaire aux Transports Ray LaHood avait brossé un tableau sombre des conséquences de cette rigueur pour les clients des compagnies aériennes.
M. Obama doit se rendre mardi en Virginie (est) pour mettre en garde contre les effets de l’austérité sur les sous-traitants du secteur de la Défense.