Nucléaire: l’Iran et les grandes puissances tentent de surmonter leurs divergences

Le chef des négociateurs iraniens pour le nucléaire Saïd Jalili, le 25 février 2013 à Almaty, au Kazakhstan(©AFP)
L’Iran et les grandes puissances se retrouvent mardi à Almaty pour tenter de surmonter leurs divergences sur la question du nucléaire iranien après plus de huit mois d’interruption dans leurs négociations et des désaccords n’incitant guère à l’optimisme.

Les grandes puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne) ont cependant annoncé lundi qu’elles allaient faire une « bonne offre » à Téhéran lors de cette rencontre prévue à partir de 13H00 locales (07H00 GMT).
« Nous avons préparé une bonne offre actualisée, que nous croyons équilibrée et qui constitue une base juste pour des discussions constructives », a déclaré Michael Mann, le porte-parole de Catherine Ashton, chef de la diplomatie de l’Union européenne en contact avec Téhéran au nom du groupe 5+1.
M. Mann a ajouté que la nouvelle offre devrait mettre fin aux « inquiétudes internationales sur le caractère exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien mais répond en même temps aux idées avancées par Téhéran ».
« Nous espérons que l’Iran saisira cette opportunité en faisant preuve de flexibilité » pour faire avancer les négociations, a-t-il poursuivi.
Mais selon une source proche des négociateurs du groupe 5+1, les grandes puissances insistent toujours sur leurs conditions avancées à Bagdad début 2012, à savoir l’arrêt par l’Iran de l’enrichissement d’uranium à 20%, la fermeture du site d’enrichissement de Fordo, enfoui sous la montagne près de Qom (150 km de Téhéran) et difficile à détruire, et l’envoi à l’étranger du stock d’uranium enrichi à 20% déjà produit.
« Cela constitue toujours la base des demandes du groupe 5+1″, a ajouté cette source ayant requis l’anonymat.
Un diplomate occidental proche des négociations a précisé que les grandes puissances allaient proposer la levée de certaines sanctions en échange de concessions de Téhéran, sans donner plus de précisions.
Le Conseil de sécurité a adopté six résolutions, dont quatre assorties de sanctions, mais les Etats-Unis et les pays de l’Union européenne ont adopté leurs propres sanctions économiques qui visent en particulier les exportations pétrolières et tout le secteur bancaire iranien, dans le but de faire céder l’Iran sur son programme nucléaire.
Le dernier round des négociations remonte à juin 2012 à Moscou, lorsque Téhéran avait présenté ses propres propositions demandant la reconnaissance de son droit à l’enrichissement d’uranium.
Téhéran refuse de céder sur l’enrichissement à 20%, la fermeture du site de Fordo et exige dans le même temps la levée des sanctions internationales.
« Le monde attend une réponse constructive, rationnelle et valable aux propositions de Téhéran à Moscou », a déclaré lundi soir le chef des négociateurs nucléaires iraniens, Saïd Jalili lors d’une rencontre avec le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev.
L’Iran insiste sur le fait que l’enrichissement à 20% est utilisé pour produire du combustible pour son réacteur de Téhéran, qui produit des radio-isotopes, alors que les pays occidentaux et Israël l’accusent de chercher à fabriquer l’arme atomique sous couvert de son programme nucléaire pacifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *